Category Archives: Parafoudre

La foudre, un vrai risque pour la sécurité des personnes, des biens et des procédés sensibles

From |

Le risque foudre est aujourd’hui une préoccupation majeure pour les exploitants des sites tertiaires ou industriels qui nécessitent une continuité de service élevée en termes de sécurité et d’exploitation. 

La réglementation 

La réglementation foudre des Installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) est régie par l’Arrêté du 19 juillet 2011 modifiant l’arrêté du 4 octobre 2010. Son objectif est d’évaluer les risques liés à un impact de foudre et d’identifier les installations ou systèmes susceptibles de porter atteinte à la sécurité des personnes et de l’environnement. 

Les solutions de protection 

Une attention particulière doit être apportée au choix, à la définition ainsi qu’à la mise en œuvre des parafoudres. L’évolution de la technologie et les dernières innovations techniques permettent d’optimiser et de simplifier l’installation de parafoudres. 

  • Quelles solutions choisir ?  
  • Comment les mettre en œuvre ?  
  • Comment les contrôler ? 

Voici un aperçu des différentes solutions. Pour en savoir plus, inscrivez-vous à nos webinars du 9 au 23 septembre : par ici !

Les parafoudres intelligents 

Quelle est la durée de vie d’un parafoudre et quand les remplacer ? 

Tout dépend du nombre et de l’amplitude des impacts qu’ils subissent. Aujourd’hui, des solutions de détection et de mesure existent. Connecté à internet ou a un système d’acquisition, il est possible d’analyser les données et de les mettre à disposition de l’exploitant ou de l’entreprise en charge de la maintenance qui devient prédictive. 

Les coupures électriques sont à l’origine de pertes d’exploitation, de pertes de données ou encore de défaillance des systèmes de sécurité 

En France, la durée moyenne de coupure est de 48 minutes par an. Les micro-coupures engendrent également des pertes d’exploitation. Pour se protéger des coupures secteurs, la mise en œuvre d’un onduleur permet de garantir un courant alternatif stable nécessaire au bon fonctionnement des appareils électriques à basse tension. 

Usuellement utilisés pour le matériel informatique, les onduleurs sont aussi utilisés pour les applications industrielles. Ils peuvent être centralisés et de forte puissance, ou décentralisés pour être installés au plus prêt des récepteurs qu’ils alimentent.  

Les systèmes automatisés, de contrôle/commande ou de process alimenté en très basse tension de sécurité sont sensibles aux coupures électriques 

La continuité de service des procédés automatisés, des systèmes d’alarmes techniques ou de supervision, est généralement impérative, que ce soit dans l’industrie, dans les bâtiments intelligents ou pour les infrastructures de transports et d’énergie. Ces systèmes sont très souvent alimentés en 24 volts en courant continu provenant d’alimentation à découpage qui peuvent être elles-mêmes alimentées par des onduleurs à basse tension ou encore complétées d’un UPS et de batteries pour sauvegarder l’alimentation 24 VDC au plus près de l’application concernée. 

Les surcharges et les courants de court-circuit ne sont pas seulement dangereux en basse tension. Un défaut sur un circuit 24 volts peut aussi être à l’origine de dommages 

Pendant de nombreuses années, la protection des circuits 24 VDC était réalisée soit par des fusibles, soit par des disjoncteurs magnétothermiques. 

Lorsque les alimentations redressées/filtrées ont laissé place aux alimentations électroniques à découpage, il a fallu reconsidérer l’ingénierie afin de garantir la sélectivité entre les protections surintensités et les alimentations à découpage. 

Des protection surintensité sélectives 

Les alimentations électroniques à découpage sont protégées contre les surcharges côté 24 VDC. Cela signifie qu’en cas de défaut sur les circuits ou les charges alimentées, l’alimentation se met en sécurité, en mettant hors tension l’ensemble des appareillages qui y sont raccordés. Pour cette raison, il est donc recommandé de protéger les différents circuits afin d’obtenir une sélectivité de déclenchement. La technologie des protections surintensités doit être compatible avec la source de tension. Dans le cas d’une alimentation électronique à découpage, les protections surintensités doivent déclencher plus rapidement que la protection interne à l’alimentation afin de garantir cette sélectivité. 

Quelle solution ? 

Des disjoncteurs magnétothermiques spécialement adaptés au courant continu existent, mais il est en général assez compliqué de choisir le type de courbe et le calibre pour obtenir la sélectivité. Depuis quelques années, l’arrivée des disjoncteurs électroniques à fortement simplifié ce choix et très nettement limité les risques de mauvaise sélectivité. Les disjoncteurs électroniques ont été développés spécialement pour être associés aux alimentations à découpage. Ces disjoncteurs peuvent être réglables afin de choisir le calibre parfaitement adapté ce qui permet également une installation évolutive et maintenable simplement et rapidement. 

Vers l’industrie 4.0 

L’optimisation des procédés, la continuité de service et les opérations de maintenance sont aujourd’hui des facteurs clés pour l’exploitation des installations industrielles ou des bâtiments intelligents. Les systèmes d’alimentations 24 VDC et leurs protections associées sont aujourd’hui des objets connectés ‘’IOT‘’, communicants et intelligents et s’intègrent parfaitement dans les environnements de l’industrie 4.0. 

Pour en savoir plus, inscrivez-vous à nos webinars du 9 au 23 septembre : par ici !

CAPAROC, le nouveau standard des disjoncteurs électroniques

From |

Ces dernières années, la tendance majeure de l’industrie est à l’utilisation croissante de disjoncteurs dédiés à la protection des appareils, par opposition aux disjoncteurs traditionnels utilisés depuis de nombreuses années pour assurer la protection des circuits de distribution. Parmi l’offre de disjoncteurs, le disjoncteur électronique est de plus en plus utilisé.

” Depuis que je travaille avec Phoenix Contact, nous avons lancé un certain nombre de nouveaux disjoncteurs électroniques, notamment des dispositifs monocanaux et multicanaux fixes ou configurables avec une multitude de fonctionnalités différentes pour s’adapter à toutes les applications qui nous sont proposées.”

Olivier Pellissier – Chef de produit Trabtech

Alerte spoiler : cette année voit la sortie d’une toute nouvelle gamme appelée CAPAROC.

Qu’est-ce que CAPAROC ?

En quelques mots, il s’agit d’un système disjoncteur électronique entièrement personnalisable. Tirant parti de toutes les fonctionnalités éprouvées de nos différentes gammes de disjoncteurs électroniques existantes (CBM, CBMC, PTCB) telles qu’une utilisation intuitive et simple, mais intégré dans un système modulaire et complètement flexible.

Please accept preferences, statistics, marketing cookies to watch this video.

Le système se compose de :

  • Modules d’alimentation
  • Modules disjoncteurs
  • Modules de distribution de potentiel (0V)
  • D’un bus de d’alimentation

Les modules ‘Feed In’ sont le point de connexion pour l’alimentation d’entrée. Ceux-ci alimentent tous les disjoncteurs connectés via le bus de rail din. Les modules d’alimentation intègrent également une interface de communication avec des contrôleurs de niveau supérieur. Initialement, il y aura un module d’alimentation communicant sur Profinet ainsi qu’un autre avec un simple contrôle d’état/réinitialisation, mais d’autres protocoles suivront, y compris en I/O Link.

Les modules disjoncteurs se connectent eux-mêmes sur le nus d’alimentation à droite des modules d’alimentation et seront disponibles en 1, 2 ou 4 canaux et avec une gamme de calibres fixes et configurables.

La conception du bus de courant permet de retirer et de remplacer n’importe quel disjoncteur sans perturber aucun des autres circuits connectés, il est donc vraiment remplaçable à chaud. Le bus actuel est disponible en 4, 8 et 20 slots avec des bus d’extension supplémentaires qui s’enclenchent simplement sur le rail existant si d’autres modules doivent être ajoutés.

ImpulseCkeck, le premier système intelligent pour parafoudres basse tension

From |

Les parafoudres sont très souvent munis de voyants et de contact de défaut pour connaitre si la protection est fonctionnelle ou non. Le parafoudre peut être hors service très rapidement ou après plusieurs années. Il n’est pas possible d’anticiper sa fin de vie !

Le nouveau système ImpulseCheck détecte et mesure les ondes de chocs foudre ou surtensions réseaux en temps réel, sur chacun des 4 conducteurs actifs.

Please accept preferences, statistics, marketing cookies to watch this video.

Les données cryptées sont analysées dans PROFICLOUD via une connexion internet. Un algorithme analyse l’ensemble de données et calcule l’état réel du parafoudre en fonction des caractéristiques des ondes de chocs ou surtensions réseau détectées, en tenant compte des différents mécanismes de vieillissement des différents composants, basés sur les normes d’essais et le type de parafoudre utilisé. L’outil d’analyse intégré au cloud reste évolutif dans un système automatique et intelligent.

Grâce à l’accès à PROFICLOUD, l’utilisateur dispose de l’ensemble des données analysées par chacun des 4 capteurs. Chaque évènement est visualisable avec traçabilité. Les surtensions de commutation réseau et les surtensions provenant des coups de foudre sont différentiées. Les données peuvent également être exportées afin que l’utilisateur puisse réaliser des analyses, tableaux ou histogrammes personnalisés.

ImpulseCheck est un outil d’analyse CEM pour l’installation électrique qui permet de cartographier précisément la localisation des états de fonctionnement et des perturbations détectées. L’utilisateur peut également configurer des notifications personnalisées telles que des rapports périodiques sur l’état de ses parafoudres ou encore dans le cadre de la vérification périodique des systèmes de protection contre la foudre conformément à la norme EN 62305-3 (Ex : Installations ICPE)

ImpulseCheck est un système très ouvert et l’interface peut très bien permettre l’utilisation de données dans des systèmes automatiques pour des applications futures basées sur les modèles numériques en pleine évolution.

La maintenance prédictive sera de plus en plus développée dans les années à venir. Les informations d’état, les évènements perturbants et leur fréquence seront de plus en plus nécessaires à une analyse toujours plus fine du comportement des systèmes de sécurité et de production pour lesquels la disponibilité et l’efficacité des systèmes devient impérative.

Plus d’informations ici : https://www.phoenixcontact.com/ext/en/assistance-system-surge-protection-impulsecheck/index.html

 

Séminaires Sécurité et Disponibilité de vos systèmes

From |

Phoenix Contact organise en 2018 des forums multitechniques sur le thème de la Sécurité et de la Disponibilité.

Nous vous proposons 3 dates à travers la France pour mieux comprendre, anticiper et gérer la sécurité de l’ensemble de votre chaîne de production, des personnes, bâtiments, machines jusqu’aux datas.

  • Le jeudi 7 juin 2018 au Mans – au Golf des 24 heures
  • Le jeudi 14 juin 2018 à Bethune – au Domaine de la Chartreuse
  • Le mercredi 20 juin 2018 à Lyon – à l’hôtel Kyriad Prestige de Saint-Priest

Avec notre vision 360° de la sécurité, nos séminaires vous permettront d’assurer une disponibilité optimale de vos installations.

 

Ces journées sont composées de 3 modules de 3h, indépendants et complémentaires. Ils permettent de couvrir l’ensemble des aspects sécurité de vos bâtiments et installations.

Protection foudre – module 1
Protection des procédés et de vos systèmes de sécurité

Sécurité machines – module 2
Protection des personnes et des équipements

Cybersécurité – module 3
Protection de vos systèmes industriels et données sensibles.

Choisissez de faire le tour complet de la question ou de n’assister qu’à certains modules en fonction de vos intérêts et besoins !

Nous vous proposons 2 sessions le matin de 9h00 à 12h00 avec au choix les modules :
1 – protection foudre et 2 – sécurité machines, et une session l’après-midi de 13h30 à 16h00 pour le module 3 – cybersécurité.

Ce programme vise avant tout à réunir des ingénieurs et techniciens des bureaux d’étude, de la maintenance, des travaux neufs, de l’IT, sécurité et environnement et les installateurs afin de leur donner un aperçu de nos technologies innovantes.

Notre objectif : vous guider vers le bon choix pour vos applications, en tenant compte des normes et procédures en vigueur.

Venez bénéficier de l’expérience et du savoir-faire de nos experts !

Nous vous rappelons que ces journées sont entièrement gratuites pour les participants inscrits.

Inscrivez vous-vite ! Cliquez ici pour vous inscrire en ligne ou par email à marketing@phoenixcontact.fr

Comment intégrer efficacement les parafoudres ?

From |

L’efficacité d’un concept de protection antisurtension ne dépend pas uniquement de la qualité et du choix d’un parafoudre car sa mise en œuvre joue un rôle prépondérant.

Un concept de protection global prend en compte aussi bien l’alimentation en énergie, les signaux de mesures/commandes/régulations ainsi que les réseaux de données.

 

Les surtensions transitoires peuvent avoir pour origine des couplages électromagnétiques ou encore des décharges atmosphériques. Les perturbations à hautes fréquences sont difficilement reproductibles compte tenu de l’origine aléatoire des phénomènes. Néanmoins, la normalisation permet d’en évaluer les risques, leurs effets sur les équipements et d’en estimer les grandeurs physiques.

Pour permettre de comparer les systèmes de protection antisurtension et de déterminer les paramètres du parafoudre en fonction des applications, des impulsions normalisées sont  définies. L’onde 10/350μs est prise en compte pour les courants de choc de foudre directs ou proches de l’installation suivant la norme EN 62305-1. Elle permet de vérifier la tenue aux chocs des parafoudres de Type 1 selon la norme EN 61643-11. L’onde 8/20µs est utilisée pour mesurer la tenue aux chocs des parafoudres de Type 2.

 

Pour définir une protection fine, pour des signaux de commandes/mesures/régulations ou de données, on utilise également ses ondes d’essais.

L’onde de choc répond à différents paramètres tels que le front de montée et la durée à mi valeur. L’origine de ce type de perturbation est le couplage qui peut être galvanique, inductif ou capacitif.

Chaque circuit nécessite un schéma de protection particulier. De capacité et d’inductance définie, les schémas permettent une adaptation idéale en fonction de fréquences transmises.

La définition des caractéristiques d’une protection contre les surtensions repose sur l’analyse et l’estimation des perturbations attendues. L’analyse du risque foudre selon EN 62305-2 permet de calculer le niveau de protection à réaliser en fonction des facteurs environnementaux et de la criticité des systèmes à protéger.

Si le front de montée représente la crête d’une demi-alternance d’une oscillation sinusoïdale (T/4), il en résulte par exemple pour une impulsion de 8/20 μs une durée d’une période d’oscillation de T»4×8 μs=32μs. Avec f=1/T on considère une fréquence maximale de f=31,25 kHz.. Avec ces hautes fréquences, l’étude ohmique d’un circuit ne semble pas suffisante.

Principe du schéma de protection à étage : Eu égard aux Zone de Protection Foudre qui matérialisent des volumes dans lesquels le niveau de perturbation doit être limité à des valeurs normalisées et non dangereuses pour les équipements, on devra prévoir un ou des parafoudres.

Plusieurs principes sont possibles en fonction de la configuration de l’installation. La Figure ci-dessous montre le principe général.

Principe général de protection foudre

Différents Types de parafoudres peuvent être nécessaires. Ils peuvent être coordonnés avec un raccordement en étage (parafoudres séparés) ou multi-étages (parafoudre combiné) .

Système multi-étage – Parafoudres séparés

Système multi-étage – Parafoudre combiné

Selon la norme EN 61643-21, différents types d’essais peuvent être réalisés.

Détails des ondes de chocs en courant et en tension, utilisées pour évaluer la tenue aux chocs des parafoudres courants faibles.

Comment estimer l’amplitude d’une perturbation ?

Chaque circuit représente une inductance en plus de sa résistance. Pour un conducteur en cuivre rond, on considère une inductance L’=1 μH/m.

Cela signifie que l’on calcule l’inductance totale d’un conducteur de longueur « I » selon L=L.1 μH/m.

On constate des chutes de tension inductive selon la loi d’induction U=L.di/dt, où di/dt donne la vitesse de variation du courant.

Cela est bien représenté par la tangente d’évolution, sur laquelle le quotient différentiel ∆i/∆t remplace le quotient différentiel di/dt.

L’étude suivante montre que l’efficacité d’une protection de mesures/commandes/régulations repose sur la prise en compte des chutes de tension inductive du câblage.

L’alimentation de l’électronique peut accepter jusqu’à 4kA suivant l’onde de courant  8/20μs définie selon EN 62305-1. Cela représente une valeur importante. L’onde de choc a un temps de montée de t=8μs. On atteint approximativement la valeur de courant maximum i = 4kA en 8μs soit i /∆t = 4kA/8μs. Trop en théorie.

Les exemples pratiques suivants montrent les avantages et inconvénients relatifs aux différentes configurations d’installation. Dans les 3 cas, le pied métallique du parafoudre est en équipotentialité directe avec le rail Din qui établit une bonne référence de potentiel pour les équipements à protéger montés sur un châssis commun.

L’entrée de l’appareil à protéger est raccordée du côté « OUT » de la protection. Les liaisons équipotentielles à la masse sont modélisées par des inductances afin de réaliser une étude dynamique.

La tension UE correspond à la valeur aux bornes de l’électronique. Lors d’une onde de choc, cette tension doit être toujours inférieure à la tension de tenue aux chocs de l’électronique à protéger.


Dans la figure ci-dessous, le raccordement à la masse de l’électronique est réalisé séparément vers la référence équipotentielle.

D’après la loi de mailles, il en résulte pour UE :

Schéma inadapté – Non efficace (figure 7)

Après amorçage de l’éclateur à gaz, aucun courant ne circule au travers de l’inductance L2 donc la tension UL2 reste ici à 0V.

Une liaison de raccordement à la masse de 3m entre le parafoudre et la référence équipotentielle est fréquemment réalisée dans la pratique. Il en résulte pour UE :

Pour la tension résiduelle UGDT du parafoudre, la tension s’additionne ainsi UL1=1500V.  Pour les éclateurs à gaz, la tension varie entre 10 et 35V. Si UE dépasse la tension de tenue aux chocs de l’appareil à protéger, il y a destruction de matériel.

 

 


Ici, le raccordement à la masse de l’appareil à protéger est également réalisé séparément mais une interconnexion est réalisée entre l’appareil à protéger et la référence du parafoudre.

Schéma pratiqué habituellement – Non efficace ! (figure 8)

On suppose ici que le courant de choc se divise symétriquement sur les deux connexions de masse L1 et (L2+L3) avec IST=I/2.

Selon la loi des mailles, on en déduit que :

Si l’on considère une longueur d’interconnexion de 3m entre le parafoudre et l’appareil à protéger, pour la tension résiduelle UGDT du parafoudre, la tension s’additionne, ainsi ULI=750V. Si cette valeur dépasse la tension de tenue au choc de l’appareil à protéger, il y a destruction.

 

 


Dans cette dernière figure, le raccordement à la masse de l’appareil à protéger est réalisé directement depuis le parafoudre.

Schéma idéal – Le seul efficace ! (figure 9)

Selon la loi des mailles, il en résulte que :

Aucun courant ne circule au travers de l’inductance L3, si bien que la tension UL3 a une valeur nulle.

Ainsi UE=UGDT. Pour que la protection soit efficace, le niveau de protection du parafoudre doit toujours être inférieur à la tension de tenue aux chocs de l’appareil à protéger.

 

 

 

En conclusion : protéger efficacement un appareil électronique ne repose pas seulement sur le choix d’un parafoudre de bonne qualité !

  • Si le raccordement est réalisé comme décrit dans la fig.7, il y aura systématiquement destruction de l’appareil. On trouve cette configuration lorsque les protections sont situées à l’extérieur de l’armoire où sont implantés les appareils à protéger.
  • La configuration de la fig.8 est fréquemment constatée dans la pratique. C’est à dire que le raccordement à la terre de l’équipement est réalisé directement par le câble de l’alimentation. Dans ce cas, il est impératif de limiter au maximum la distance entre la protection et l’électronique.
  • Seule la configuration de la fig.9 permet de garantir une bonne protection. On devra tout de même veiller à limiter la distance entre la protection et l’électronique afin d’éviter les risques de couplage.

Voici le mode de raccordement idéal d’un parafoudre.

L’équipotentialité de l’appareil à protéger est directement issue du secondaire du parafoudre. Cette astuce permet de façon sûre de garantir que le parafoudre détectera la surtension en premier. La tension aux bornes de l’appareil ne dépassera pas la tension de limitation du parafoudre raccordé en amont. Mais on devra veiller à limiter la longueur de câble (<10 mètres) entre le parafoudre et l’appareil afin d’éviter tout risque d’induction dû à l’inductance des câbles de liaison.

 

Pour plus d’informations, contactez notre expert foudre Olivier Pellissier à opellissier@phoenixcontact.fr

Nouveau disjoncteur électronique compact monocanal !

From |

Phoenix Contact lance sa nouvelle gamme de disjoncteurs électroniques monocanal ultra compact au pas de 6 mm.

Très simple d’utilisation, ce disjoncteur est réglable ampère par ampère. (Version 24 VDC – 1 à 8 A)

Un seul poussoir à LED permet à la fois de choisir le calibre, de d’enclencher ou de déclencher et de signaler l’état de charge.

  • Rouge : Déclenchement suite court-circuit ou surcharge
  • Jaune : Courant >80% du courant calibré
  • Vert : En service
  • Eteint : Hors service

Un contact de sec permet de signaler le déclenchement d’au moins un des canaux.

Ce tout nouveau disjoncteur est directement pontable avec les bornes Phoenix Contact pour la distribution de potentiel.

Autres versions disponibles: UL NEC Class 2 – 24 VDC – 1 à 4 A

TERMITRAB Complete, le parafoudre pour l’instrumentation le plus étroit au monde !

From |

Phoenix Contact lance sa nouvelle gamme de parafoudres pour systèmes de Mesure/Commande/Régulation au pas de 3,5mm seulement.

TERMITRAB Complete offre différentes options telles que la signalisation d’état et le report de défaut ainsi que la débrochabilité.

Les parafoudres sont adaptés aux différentes tensions conventionnelles, pour les signaux binaires ou analogiques, avec niveau de SIL et compatibles Hart ou encore certifiés Ex pour les zones ATEX.

Grâce à un encombrement extrêmement réduit, ces parafoudres permettent une intégration dans les borniers d’interface et marshaling, sur les lignes de signaux liées à des systèmes de sécurité et/ou des boucles de mesure sensibles.

De plus, ils dont dotés de la connectique Push-in. Leur raccordement s’effectue donc de façon simple et rapide.

 

Découvrez les nombreux avantages de la gamme TERMITRAB Complete :

TERMITRAB complete propose une protection antisurtension de seulement 3,5 mm. Ce grâce à la connectique Push-in innovante et à l’utilisation de composants particulièrement plats. Les équipements de protection de format 6 mm présentent également une diversité de types de commutation et de propriétés unique en son genre.

 

 

 

 

Les équipements de protection de la gamme de produits TERMITRAB complete possèdent une protection contre les surcharges. Un dispositif de déconnexion garantit la bonne réaction en cas de surcharge thermique. En cas de surcharge, le dispositif de déconnexion se déclenche et la signale mécaniquement au niveau de l’équipement de protection. Si besoin, vous pouvez transmettre le statut de jusqu’à 40 équipements de protection situés au même endroit à la salle de contrôle via un module de signalisation à distance disponible en option.

 

 

 

TERMITRAB complete vous propose toujours le parasurtenseur parfaitement adapté à vos besoins. Du module ultra-compact pour interfaces analogiques et numériques de seulement 3,5 mm de largeur, aux équipements de protection enfichables et à plusieurs niveaux avec sectionnement par couteau intégré, indicateur d’état et option de signalisation à distance.

 

 

 

 

Avec les versions à couteau de sectionnement intégré, la boucle de mesure peut facilement être interrompue. Lors de l’installation, le côté terrain et le côté contrôle/commande sont installés indépendamment l’un de l’autre avec un sectionnement par couteau ouvert. Ce n’est qu’une fois le couteau de sectionnement fermé que le signal est alors activé. Lors des travaux de maintenance également, par ex. pour le contrôle des résistances de boucles, le sectionnement par couteau est très utile.

 

 

 

En cas de maintenance, les variantes enfichables permettent de remplacer le câblage rapidement et facilement sans devoir intervenir. Le signal de mesure n’est pas interrompu, et les valeurs de mesure restent donc toujours correctes. En cas de contrôles réguliers de la protection contre la foudre, les parafoudres enfichables sont contrôlés en toute simplicité avec CHECKMASTER 2. Cela permet d’obtenir toutes les données conformes aux normes pour les résultats des contrôles, mais aussi une maintenance préventive. Le détrompage mécanique évite par ailleurs toute permutation accidentelle des fiches de protection.

 

 

TERMITRAB complete offre également des solutions adaptées pour la protection de signaux dans les circuits à sécurité intrinsèque de type Ex i. Les propriétés du circuit à sécurité intrinsèque ne sont pas influencées par l’installation du module de protection antisurtension. L’installation est compatible avec la Zone 1 Ex, la zone 2 Ex ou la zone Non-Ex. Il est possible de rediriger des signaux raccordés j’usqu’à la zone 0 Ex. Les homologations sont conformes à ATEX et CEIEx.

 

 

 

Please accept preferences, statistics, marketing cookies to watch this video.

 

 

Dans la technologie MCR, un grand nombre de lignes relie de nombreuses interfaces. Des surtensions peuvent se propager dans toutes les interfaces via ces lignes. Aidez-vous de notre configurateur pour choisir la protection adaptée aux besoins de votre application :

Démonstration :

Please accept preferences, statistics, marketing cookies to watch this video.

 

Pour configurer votre produit en quelques clics, suivez ce lien

 

Pour plus d’informations sur Termitrab Complete, cliquez ici !

 

Nouveau partenariat 2016 avec Franklin France

From |

Une approche globale de la foudre

Phoenix Contact est leader sur le marché des parafoudres basse tension et très basse tension.
L’approche technique du sujet est spécifique et repose sur une application stricte des normes et règles inhérentes à la protection contre la foudre.
Il est souvent nécessaire d’avoir une approche globale pour réaliser un système de protection complet et efficace contre le risque foudre.
En 2016, Phoenix Contact s’associe à Franklin France, leader dans le domaine de la protection
contre la foudre afin d’offrir de nouveaux services tels que, analyse de risque, études techniques, installation et contrôle.
Cette association de compétences permet de proposer une offre globale en terme de protection contre la foudre. ‘Franklin France nous offre de nouvelles perspectives grâce à ses compétences en terme d’étude et d’installation de protection contre la foudre.

Site web de Franklin France

Les parafoudres Phoenix Contact